« Je vous salue ma France, arrachée aux fantômes !
Ô rendue à la paix ! Vaisseau sauvé des eaux » – Louis Aragon

Si nous sommes Patriotes,
C’est que nous nous savons dépositaires de la terre de nos pères et choisissons de défendre amoureusement cette Patrie à la vocation si particulière.
L’attachement qui est le notre n’est pas celui du nationalisme excluant mais d’un patriotisme intégrateur.

Cette France si longtemps divisée, cette terre que l’on n’apprend plus à aimer dans les petites classes, ni à mettre au premier plan dans les choix économiques, nous proclamons qu’elle est le berceau qui nous a été donné pour s’y enraciner et nous choisissons de la présenter comme un défi à relever.

Nous plaçant dans la lignée de ceux qui ont Défendu et Illustré la Langue Française, nous choisissons d’exalter ce patrimoine choisi, le patrimoine de ce peuple fier. Conscients qu’un roman national doit être chaque jour amoureusement réinventé . Nous voudrions pouvoir dire avec Hugo :

« – Ah ! je voudrais,
Je voudrais n’être pas Français pour pouvoir dire
Que je te choisis, France, et que, dans ton martyre,
Je te proclame, toi que ronge le vautour,
Ma patrie et ma gloire et mon unique amour ! »

Victor Hugo, « A la France »

La France n’est pas une abstraction, c’est une somme d’énergie, une communauté d’âmes. Vous avez tout reçu d’elle : votre raison si claire, votre langue si belle, votre sens de la sagesse et de la mesure, le trésor d’une tradition et d’une culture. Si l’est un pays où la femme est respectée, où elle exerce son influence, c’est bien la France. Son génie est celui d’une femme, tout de générosité, de clarté, de grâce et de fidélité dans l’épreuve.