#NoGPA day – 19 novembre 2014

Les Gavroches veulent dénoncer la vérité qui se cache derrière le mot #GPA.

GPA, une abstraction qui rime avec altruisme, avec générosité…

Les Gavroches refusent de se cacher derrière des initiales …

La GPA, c’est un être vivant, une femme, qui est utilisé pour sa capacité gestationnelle dans le but de produire un autre être vivant. Cet être vivant produit, doit remplir un cahier des charges.

On se croirait dans un élevage de veaux … Appliquer la reproduction des animaux d’élevages aux être humains, voilà la démarche de la GPA.

Les Gavroches refusent que la femme ne soit qu’une mère porteuse dont le corps, interchangeable, neutre, n’a plus qu’une valeur d’usage. Femme réduite au statut de ressource, réduite à son utérus, réduite à sa capacité à se reproduire … Les Gavroches s’opposent à cette dépersonnalisation et cette négation de la dimension maternelle de la femme.

L’objectif de la GPA est de fabriquer un enfant répondant à un désir. Les Gavroches n’acceptent pas que l’enfantement soit réduit à une simple méthode de fabrication. Par la GPA, l’enfant est placé au coeur d’un processus marchand : il est commandé et doit répondre à des attentes de perfection … Les Gavroches refusent la GPA qui fait de l’enfant un objet.

Les Gavroches condamnent donc la GPA parce qu’elle fait de la mère, un producteur qui n’a que son coprs à offrir, parce qu’elle fait du couple commanditaire des consommateurs parce qu’elle réduit l’enfant à un produit commandé selon des critères de perfection.

Aucune GPA ne peut être éthique tout simplement parce qu’elle est une atteinte à la dignité humaine !

 

 

 

 

Something to Say?

Your email address will not be published.


+ 2 = 5